Indian Day School Settlement: Background and Key Facts

by pmnationtalk on April 10, 201988 Views

 

Federal Indian Day Schools Settlement Plaintiffs Release Joint Statement

April 9, 2019 – A joint statement was released this morning by the lead plaintiffs in the Federal Indian Day School Settlement. Please find the joint statement below.

Honouring Garry McLean’s Legacy: The Truth about the Indian Day School Settlement

By: Roger Augustine, Claudette Commanda, Angel Sampson, Margaret Swan, Mariette Buckshot

In March, when we gathered together to announce the news of a settlement for survivors of Federal Indian Day Schools, someone very important was missing.  Garry McLean. This man, who we all called “Sunny Boy” for his contagious smile and joy, spent the last decade of his life fighting for justice for IDS survivors.  While we lost Garry just weeks before the announcement, there is no question that the settlement, which bears his name, is infused with his spirit.

If Garry were with us today, he could tell you what it took to achieve this milestone.  He could tell you about the dark hours when it seemed like the case would never move forward, when we all felt abandoned. And yet, he would focus more on the positives such as when he finally connected with our current Class Counsel, Bob Winogron and Jeremy Bouchard – in Garry’s words “I finally felt the momentum and progress needed for this case.”  We feel the very same momentum and progress.

Garry could tell you about the thousands of survivors across the country that he and the team met with and listened to – led by Garry, together as a team, they worked to build a survivor-first settlement and process. It breaks our hearts that Garry is not here.  But we are; and, we will uphold Garry’s work and success.  We will not allow anyone to mischaracterize his legacy.

The settlement achieved through Garry’s determination honours the principles he and so many of us have fought for – the fundamental principles of:

Inclusivity:  Anyone who attended an Indian Day School experienced harm emotionally, physically, or both.  All IDS survivors will be eligible for at least the base level of compensation set at $10,000.

Dignity:  Unlike the Residential School process no one will be put on a stand and cross-examined about their story. And no one is going to have to pay lawyers out of their own pockets to gather mounds of evidence.  Survivors have told us that they want a simple process, one that will not cause more trauma. That is a guiding principle behind the IDS process. In fact, the settlement agreement is very clear and explicit:  claimants’ stories are to be believed and trusted at face value.

Future generations: One of the most important outcomes of this settlement, and something Garry fought for, is a $200 million legacy fund that will help our communities with healing and wellness programs, and, the support our children and grandchildren need to reclaim our languages, cultures, and traditions.

Justice in our lifetime:  If Garry’s passing shows us anything, it is that for survivors time is precious. We lose 2,000 IDS survivors every year.  We cannot wait another five or ten years to have this resolved. This settlement will ensure that as many survivors as possible live to see justice.

This settlement is a critical milestone and people deserve to understand it and how it came to be. We encourage our fellow survivors to ask questions and learn the facts by reaching out directly to Class Counsel.   Call 1-844-539-3815 or visit www.indiandayschools.com

Miigwech, kinanâskomitin, thank you.

-30-

Interviews are available with the lead plaintiffs and Jeremy Bouchard, lead Counsel to the class, upon request and at anytime throughout the notice period. Please reach out to Anna Milner with any questions or requests for information.

Media Contact:

Anna Milner
647-391-9067
Amilner@argylepr.com


 

Émission d’une déclaration commune des codemandeurs des recours collectifs des externats indiens fédéraux

Le 9 avril 2019 –  Une déclaration commune a été émise ce matin par les codemandeurs au sujet du règlement des externats indiens fédéraux. Veuillez trouver l’énoncé ci-dessous.

Hommage à l’héritage de Garry McLean : La vérité au sujet du règlement relatif aux externats indiens

Par : Roger Augustine, Claudette Commanda, Angel Sampson, Margaret Swan, Mariette Buckshot

En mars, lorsque nous nous sommes réunis pour annoncer la nouvelle d’un règlement pour les survivants des externats indiens fédéraux, il manquait une personne très importante. Garry McLean. Cet homme, que l’on appelait « Sunny Boy » en raison de son sourire contagieux et de sa joie, a passé les 10 dernières années de sa vie à lutter pour que les survivants des externats indiens obtiennent justice. Bien que nous ayons perdu Garry à peine quelques semaines avant l’annonce, il ne fait aucun doute que le règlement, qui porte son nom, est imprégné de son esprit.

Si Garry était ici avec nous aujourd’hui, il vous dirait ce qu’il a fallu pour franchir cette étape. Il pourrait vous parler des jours sombres où il semblait que l’affaire ne pourrait jamais avancer, quand nous nous sentions tous abandonnés. Et pourtant, il concentrait plus son attention sur les éléments positifs comme lorsqu’il a finalement rejoint notre conseil du recours, Bob Winogron et Jeremy Bouchard – comme Garry l’a dit lui-même «J’ai enfin senti l’élan et les progrès nécessaires pour cette affaire ». Nous ressentons exactement le même élan et progrès.

Garry pourrait vous parler des milliers de survivants partout au pays que l’équipe et lui ont rencontrés et écoutés – sous la direction de Garry, ensemble en équipe, ils ont travaillé pour élaborer un premier règlement et processus pour les survivants.

Nous avons le cœur brisé que Garry ne soit pas là. Mais nous, nous sommes là, et nous ferons respecter le travail et le succès de Garry. Nous ne permettrons à personne de compromettre son héritage.

Le règlement réalisé grâce à la détermination de Garry rend honneur aux principes pour lesquels lui et un si grand nombre d’entre nous ont lutté – les principes fondamentaux de :

Inclusion : Toute personne qui a fréquenté un externat indien et qui a subi un préjudice émotionnel, physique, ou les deux. Tous les survivants des externats indiens seront admissibles à au moins le niveau de base de l’indemnisation établie à 10 000 $.

Dignité : Contrairement au processus des pensionnats, personne ne sera mis sur la sellette et interrogé au sujet de son histoire. Et personne n’aura besoin de payer des avocats de leur propre poche pour recueillir des montagnes de preuves. Les survivants nous ont dit qu’ils veulent un processus simple, un processus qui ne causera pas plus de traumatisme. C’est là un principe directeur du processus des externats indiens. En fait, l’entente de règlement est très claire et explicite : il faut que l’on croit les récits des demandeurs et les considérer comme dignes de confiance.

Générations futures : L’un des aboutissements les plus importants de ce règlement, et un aspect pour lequel Garry a lutté, est un fonds d’héritage de 200 millions $ qui aidera nos communautés en matière de programmes de guérison et de bien-être, et, de soutien dont nos enfants et petits-enfants ont besoin pour recouvrer leurs langues, leurs cultures et leurs traditions.

Justice de notre vivant : Si le décès de Garry nous apprend quoi que ce soit, c’est que le temps des survivants est précieux. Nous perdons 2 000 survivants des externats indiens chaque année. Nous ne pouvons pas attendre encore cinq ou dix ans pour résoudre cette affaire. Ce règlement garantira que le plus grand nombre possible de survivants seront encore vivants pour voir que justice soit faite.

Ce règlement est une étape cruciale et les gens méritent de le comprendre et de connaître comment il a été mis sur pied. Nous encourageons nos compagnes et compagnons survivants à poser des questions et à se renseigner sur les faits en communiquant directement avec le conseil du recours. Appelez au 1-844-539-3815 ou visitez www.indiandayschools.com

Miigwech, kinanâskomitin, merci.

-30-

Il est possible d’obtenir sur demande des entrevues avec les codemandeurs, de même qu’avec l’avocat principal Jeremy Bouchard, à tout moment durant le délai de préavis. Veuillez communiquer avec Anna Milner pour toute question ou demande d’information.

Anna Milner
647-391-9067
Amilner@argylepr.com


 

Indian Day School Settlement: Background  and Key Facts

On March 12, 2019, plaintiffs in the McLean case announced the settlement of a nation-wide class action lawsuit against Canada brought to compensate survivors for harms they suffered while attending federally operated Indian Day Schools. The settlement includes all survivors who attended federally-run Indian Day Schools, including First Nations, Inuit, and Métis peoples.

The settlement followed two years of focused engagement with thousands of Indian Day School survivors and community members, as well as Indigenous leaders across Canada. Importantly, the Indian Day School Settlement was designed to avoid the re-traumatization of class members that was often seen in the Indian Residential School Settlement.

The March announcement marked the beginning of a 60-day “notice period,” during which survivors across Canada can learn about the settlement and raise questions leading up to the Settlement Approval Hearings, scheduled for May. Class Counsel continues to visit and speak with survivors, Indigenous communities, and leaders across the country to receive their input on the Settlement. Class members are also encouraged to share their feedback by filing statements of objection or support, which will be considered during the settlement hearings.

Case Timeline

2009: Garry McLean, original lead plaintiff, and others initiated the Federal Indian Day School class action.

2016: After seven years in legal limbo, Mr. McLean engaged Gowling WLG to take over the case.

Jun. 2018: The case was certified with Gowling WLG appointed as Class Counsel.

Nov. 2018: An agreement in principle was reached with Canada

Mar. 2019: Lead plaintiffs and Canada signed a settlement agreement. 60-Day notice period begins.

May 3, 2019: Deadline for Class members to file objections or statements in support of the settlement.

May 13 – 15, 2019: Settlement approval hearings to take place in Winnipeg

Concerns and Facts:

Following the settlement announcement, concerns about the settlement have been reported by news media.Below we provide important facts and context about the settlement related to each of these concerns:

Concern: The compensation for Indian Day School (IDS) survivors is less than the compensation that Indian Residential School (IRS) survivors received, and there is no “common experience payment.”

Facts: IDS offers a “base payment” of $10,000 to survivors for harms associated with attending a Federal IDS and is comparable to the “common experience payment” when ultimately received in the hands of IRS survivors. In IDS, there is no reduction in the amount received as no amount is deducted to pay lawyers.

As the experience of attending an Indian Day School was inherently harmful, everyone who attended an IDS will be eligible for this base compensation. To claim for compensation, survivors will be asked to

complete a simple, confidential form. There are no onerous requirements for proof or evidence. The settlement agreement explicitly states that survivors’ reports of the harms will be taken at face value, in good faith.

This is a very different process from IRS, in which people endured a difficult and lengthy “Independent Assessment Process” (IAP) where their stories were cross-examined. Lawyers who assisted people through the IAP received 15% in legal fees from Canada and up to 15% directly from survivor’s compensation.

The Indian Day School claims process eliminates both the retraumatizing experience of an IAP and the out-of-pocket legal costs associated with it.

Concern: The settlement does not include compensation for future care.

Facts: The settlement includes provision of a $200 million McLean Legacy Fund dedicated to community and family healing and well-being as well as for programs that support younger generations in regaining their languages, cultures, and traditions.

Concern: There is only one year to apply for compensation.

Facts: Recognizing that IDS survivors are aging and that we lose 2,000 survivors every year, the need for an expedient process that enables people to see justice and compensation in their life time is clear. In meeting after meeting, survivors expressed to Class Counsel the need for a timely resolution, particularly after almost a decade of waiting. The one-year timeline is a direct response to this input from community members and leaders, focused on the Level 1 applicants and the expedited claims process. Steps will be taken to reach out to class members to support and facilitate the claims process. The claims process is not anticipated to begin until later in 2019 once approvals are received from the court and the settlement is being implemented. Also a process is provided for in the Settlement Agreement for class members to receive extensions in the filing deadline.

Concern: Claimants will not have the cultural, legal, or emotional support needed to complete the claims process.

Facts: Through significant and ongoing engagement with Indigenous community members and leaders across Canada, Class Counsel have heard and deeply understand the need for local, culturally-appropriate support for claimants as they go through this process. Counsel is committed to and is currently designing in conjunction with Deloitte a robust support program for claimants, which will include on-the-ground, as well as digital, language, legal, and culturally-appropriate mental health supports for people across the country. This program will be presented in full at the settlement approval hearings in May.

Concern: One law firm is not capable of supporting a Class of this size

Facts: Class counsel are, and remain, available and attentive to all Class Members across Canada. Through our legal team and call centre, we respond to as many as 700 calls and 300 voicemails per day. Further, Class Counsel have travelled to more than 80 communities across the country, at the invitation of community leaders, and have spoken to thousands of survivors about the settlement. Counsel continues to visit and get input from communities every week. Class Counsel have offices across Canada and service clients across the country. The Gowling WLG Indigenous practices consists of more than 55 practitioners. In addition, Class Counsel have close ties to local counsel in provinces in which it has no local offices.

Regardless, Counsel is currently designing a robust claimant support program that will ensure survivors across the country have access to on-the-ground and virtual language, legal, and culturally-appropriate mental health services as they go through the claims process.

Concern: The law suit does not allow survivors to choose their own lawyer.

Facts: The point of the IDS process is to ensure that no one has to hire a lawyer to submit a claim. The process is simple, paper-based, and non-adversarial. The requirements for verifying documents are minimal. For example, personal photos and correspondence can be used. A robust claimant support program will ensure that people have on-the-ground and virtual access to legal, language, and culturally-appropriate mental health services, all at no cost to the Class member.

Nothing prevents a class member from retaining their own counsel. However, independently incurred legal fees would have to be approved by the Court or paid for out of pocket.

Concern: People will not be able to tell their stories.

Facts: Once the settlement is approved, the McLean Legacy Fund will receive project proposals for commemorative truth telling across Canada. Survivors who wish to gather and share their stories as part of their own healing process will be able to do so, though this will not be required. Sharing stories through these forums will be completely voluntary and separate from the claims process.

Concern: There’s a lack of confidentiality

Facts: All claims documents will be held in strict confidence. While a witness signature is required, it is a separate sheet from the application form; the witness only must see the member sign the application (the witness does not see any of the information that application contains unless the survivor wishes that them to). Documentation filed as part of the claims process will either be destroyed or returned to the Class member at the end of the process, at the Class member’s direction. A criteria for choosing the claims administrator included that they have robust privacy compliance policies in place.

Concern: The claims process will be complex and retraumatizing

Facts: While the claims forms are being finalized for court approval, which will happen at the settlement hearing, The Principles Governing Claims Administration explicitly state that the process must be simple, easy for people to use, and avoid retraumatizing survivors. Examples of this include:

  • No cross-examination. Survivors will not be put on a stand and questioned about their stories.
  • Documentation that’s easy to obtain and personal rather than institutional. The need verify documents is minimal (particularly for base level harm), and the type of documents accepted (personal correspondence, personal photos, personal diaries, school records) will not require a third-party or difficult process to obtain. Class Counsel will be available to help with accessing documents, should this be needed.
  • Excepting survivors’ stories in good faith. This Principle is explicit in the settlement agreement:

In considering an Application, the Claims Administrator, Third Party Assessor, and Exceptions Committee and its Members, shall draw all reasonable and favourable inferences that can be drawn in favour of the Claimant, as well as resolving any doubt as to whether a Claim has been established in favour of the Claimant.


Règlement Relatif Aux Externats Indiens : Document D’information Et Faits Essentiels

Le 12 mars 2019, les demandeurs dans l’affaire McLean ont annoncé le règlement d’un recours collectif à l’échelle du pays contre le Canada afin d’indemniser les survivants pour les mauvais traitements qui leur ont été infligés alors qu’ils fréquentaient des externats indiens gérés par le gouvernement fédéral. Le règlement s’adresse à toute personne qui a fréquenté un externat indien fédéral, y compris les Premières nations, Inuits et Métis.

Le règlement a suivi deux années d’engagement ciblé avec des milliers de survivants des externats indiens et des membres de la communauté, ainsi qu’avec des dirigeants autochtones partout au Canada. Ce qui est important, c’est que le règlement des externats indiens a été conçu de manière à éviter de traumatiser davantage les membres du recours, ce qui a été souvent le cas dans le règlement relatif aux pensionnats indiens.

L’annonce du mois de mars marque le début d’une« période d’avis » de 60 jours, durant laquelle les survivants partout au Canada peuvent se renseigner au sujet du règlement et soulever des questions jusqu’aux audiences d’approbation du règlement, prévues en mai. Les avocats du recours continuent à visiter et à parler aux survivants, aux communautés autochtones et aux dirigeants des communautés partout au pays pour recevoir leurs commentaires sur le règlement. Les membres du recours sont également encouragés à partager leurs commentaires en remplissant les déclarations d’objection ou de soutien, qui seront prises en considération durant les audiences du règlement.

Chronologie de l’affaire

2009 : Garry McLean, principal demandeur initial, et autres entreprennent le recours collectif des externats indiens fédéraux.

2016 : Après sept ans de flou juridique, M. McLean a fait appel à Gowling WLG pour prendre le dossier.

Juin 2018 : L’affaire a été certifiée et Gowling WLG a été nommé comme avocat-conseil du recours.

Nov. 2018: Un accord de principe est intervenu avec le Canada

Mars 2019 : Les principaux demandeurs et le Canada ont signé une convention de règlement. Une période d’avis de 60 jours commence.

3 mai 2019 : Date limite pour que les membres du recours déposent une déclaration d’objection ou une déclaration de soutien du règlement.

13 au 15 mai 2019 : Les audiences d’approbation du règlement doivent avoir lieu à Winnipeg

Préoccupations et faits :

Suite à l’annonce du règlement, des préoccupations au sujet du règlement ont été rapportées par les médias. Nous fournissons ci-dessous des faits essentiels et les informations au sujet du règlement en ce qui concerne chacune de ces préoccupations :

Préoccupation : L’indemnisation pour les survivants des externats indiens est inférieure à l’indemnisation que les survivants des pensionnats indiens ont reçue, et il n’y a pas de « paiement

d’expérience commune ».

Faits : Le règlement des externats indiens offre un « paiement de base » de 10 000 $ aux survivants pour des préjudices associés à la fréquentation d’un externat indien fédéral et est comparable au «paiement d’expérience commune » lorsque les survivants des pensionnats indiens le recevront enfin. Dans le règlement des externats indiens, il n’y a pas de réduction du montant reçu, car aucun montant n’est déduit pour payer les avocats.

Comme l’expérience de fréquenter un externat indien était intrinsèquement préjudiciable, tous ceux qui ont fréquenté un externat indien seront admissibles à cette indemnité de base. Pour demander une indemnisation, les survivants devront remplir un formulaire simple et confidentiel. Il n’y a pas d’exigence onéreuse de preuves ou de données probantes. La convention de règlement stipule de façon explicite que les rapports des survivants sur les dommages seront pris au pied de la lettre, de bonne foi.

Il s’agit d’un processus très différent du règlement des pensionnats indiens, au cours duquel les gens ont subi un processus d’évaluation indépendant (PEI) long et difficile, au cours duquel ils ont été contre-interrogés sur leurs récits. Les avocats qui ont aidé les personnes durant le PEI ont reçu des honoraires juridiques de 15 % du Canada et jusqu’à 15 % directement de l’indemnisation des survivants.

Le processus de demande au titre du règlement des externats indiens élimine à la fois l’expérience traumatisante d’un PEI et les frais juridiques qui y sont associés.

Préoccupation : Le règlement n’inclut pas d’indemnisation pour les soins futurs.

Faits : Le règlement inclut une disposition de 200 millions $ relative au MacLean Legacy Fund consacré

  • la guérison et au mieux-être de la communauté et des familles ainsi que qu’à des programmes de soutien pour que les générations plus jeunes puissent recouvrer leurs langues, leur culture et leurs traditions.

Préoccupation : Il n’y a qu’un an pour demander une indemnisation.

Faits : Reconnaissant que les survivants des externats indiens vieillissent et que nous perdons 2 000 survivants chaque année, il est clair que nous avons besoin d’un processus rapide qui permette aux personnes de voir de leur vivant la justice et l’indemnisation. D’une rencontre à l’autre, les survivants ont exprimé au conseil du recours le besoin d’une résolution en temps opportun, particulièrement après avoir attendu pendant près d’une décennie. L’échéance d’un an est en réponse directe à ces commentaires des membres et des dirigeants de la communauté, axée sur les demandeurs de niveau 1 et le processus de demande accéléré. Des mesures seront prises pour rejoindre les membres du recours pour soutenir et faciliter le processus de demande. Le processus de demande ne devrait pas commencer avant la fin de 2019, une fois que les approbations auront été reçues du tribunal et que le règlement aura été mis en œuvre. De plus, un processus a été prévu dans la convention de règlement afin que les membres du recours puissent bénéficier d’une prolongation du délai pour déposer une demande.

Préoccupation : Les demandeurs n’auront pas le soutien culturel, juridique ou émotionnel nécessaire pour compléter le processus de demande.

Faits : Grâce à un engagement important et continu des membres et des dirigeants des communautés autochtones à travers le Canada, les membres du conseil du recours ont bien compris le besoin d’un soutien local et adapté à la culture des demandeurs tout au long du processus. Les avocats du conseil

sont résolus et conçoivent actuellement, en collaboration avec Deloitte, un programme de soutien solide pour les demandeurs, qui comprendra des services de soutien sur le terrain, numériques, linguistiques, juridiques et culturellement appropriés en matière de santé mentale pour les personnes partout au pays. Tous les détails de ce programme seront présentés lors des audiences d’approbation du règlement en mai.

Préoccupation : Un seul cabinet juridique n’est pas en mesure de soutenir un recours de cette taille.

Faits : Les avocats du recours sont disponibles et à l’écoute de tous les membres du recours partout au Canada. Par l’entremise de notre équipe juridique et de notre centre d’appels, nous répondons à 700 appels et 300 messages vocaux par jour. En outre, les membres du conseil du recours se sont rendus dans plus de 80 communautés à travers le pays, à l’invitation de leurs dirigeants, et ont parlé du règlement à des milliers de survivants. Les avocats continuent à visiter les communautés et à obtenir leur avis chaque semaine. Les avocats du recours ont des bureaux dans tout le Canada et des clients dans l’ensemble du pays. Le cabinet des pratiques autochtones Gowling WLG consiste en plus de 55 praticiens. De plus, le conseil du recours a des liens étroits avec les conseils locaux dans les provinces où il n’a pas de bureaux locaux.

Quoi qu’il en soit, le conseil élabore actuellement un solide programme de soutien aux demandeurs qui garantira que les survivants travers le pays auront accès à des services de santé mentale sur le terrain et virtuels, juridiques et adaptés à la culture, tout au long du processus de demande.

Préoccupation : L’action en justice ne permet pas aux survivants de choisir leur propre avocat.

Faits : Le processus de règlement des externats indiens vise à garantir que personne n’a besoin

d’engager un avocat pour soumettre une demande. Le processus est simple, sous forme papier et non antagoniste. Les exigences pour la vérification des documents sont minimes. Par exemple, des photos personnelles et de la correspondance peuvent être utilisées. Un solide programme de soutien pour les demandeurs veillera à ce que les personnes disposent d’un accès virtuel et sur le terrain à des services de santé mentale juridiques, linguistiques et adaptés à la culture, le tout sans frais pour les membres du recours. Il n’y a rien qui empêche des membres du recours de retenir les services de leur propre avocat. Cependant, les honoraires d’avocats engagés indépendamment doivent être approuvés par le tribunal ou payés par les membres eux-mêmes.

Préoccupation : Les gens ne seront pas capables de raconter leurs histoires.

Faits : Une fois le règlement approuvé, le McLean Legacy Fund recevra des propositions de projets de vérité commémorative partout au Canada. Les survivants qui désirent rassembler et partager leur histoire dans le cadre de leur propre processus de guérison seront en mesure de le faire, même si cela n’est pas requis. Le partage d’histoires dans le cadre de ces forums sera totalement volontaire et distinct du processus de demande.

Préoccupation : Il y a un manque de confidentialité

Faits : Tous les documents relatifs aux demandes seront strictement confidentiels. Bien qu’une signature de témoin soit requise, il s’agit d’une feuille séparée du formulaire de demande; seul le témoin doit voir le membre signer la demande (le témoin ne voit aucune des informations contenues dans la demande à moins que le survivant ne le souhaite). La documentation déposée dans le cadre du processus de demande sera soit détruite, soit retournée au membre du recours à la fin du processus, selon les instructions du membre du recours. L’un des critères pour avoir choisi l’administrateur de demande est qu’il dispose de stratégies de conformité robustes en matière de confidentialité.

Préoccupation : Le processus de demande sera complexe et traumatisant

Faits : Alors que les formulaires de demande sont en cours de finalisation pour approbation par le tribunal, ce qui se produira lors de l’audience de règlement, les Principes régissant l’administration des demande indiquent explicitement que le processus doit être simple, facile à utiliser, et doit éviter de traumatiser à nouveau les survivants. Par exemple :

  • Pas de contre-interrogatoire. Les survivants ne seront pas mis sur la sellette et interrogés au sujet de leurs histoires.
  • Documentation facile à obtenir et personnelle plutôt qu’institutionnelle. La nécessité de vérifier les documents est minime (en particulier pour les préjudices du niveau de base) et le type de document accepté (correspondance personnelle, photos personnelles, agendas personnels, dossiers scolaires) ne nécessitera pas de processus de tiers-parti ou difficile à obtenir. L’avocat du recours sera disponible pour aider à accéder aux documents, si cela est nécessaire.
  • Accepter de bonne foi les histoires des survivants. Ce Principe est explicite dans la convention de règlement :

Lors de l’examen d’une demande, l’administrateur des réclamations, le tiers évaluateur, et le comité des exceptions et ses membres doivent tirer toutes les conclusions raisonnables et favorables pouvant être tirées en faveur du demandeur, ainsi que pour résoudre tout doute quant au fait de savoir si une demande a été établie en faveur du demandeur.

NT5

Send To Friend Email Print Story

Comments are closed.

NationTalk Partners & Sponsors Learn More